Martini Rosato litch’ Pour 1 personne I 6 cl de Martini® Rosato  I 3 litchis au sirop I 1 morceau de gingembre. 1. Passez les litchis aux mixeurs. 2. Dans un verre short drink, versez les ingrédients. 3. À déguster avec de la glace pilée et une fleur de litchi frais.

Les cocktails représentent la fête et les retrouvailles entre amis. Ils réchauffent les cœurs et font voyager. Et pour cause, bon nombre d’entre eux sont élaborés à partir des meilleurs ingrédients des destinations soleil. Attention cependant à consommer avec modération pour que la fête reste toujours joyeuse. Zoom sur une mode devenue Art.

« Qu’importe le mélange pourvu qu’on ait l’ivresse » pourraient déclarer certains aficionados des cocktails. Et pourtant le mélange parfait peut parfois mettre des années à être mis au point. Le cocktail, un savant mélange d’au moins trois ingrédients (jus de fruits, alcool, liqueur, lait, épices, sirops, soda…) ne supporte en aucune manière l’approximatif et la médiocrité. La composition ne serait-ce que d’une larme, peut passer du meilleur au pire.

Des origines énigmatiques

L’histoire des cocktails se révèle floue, indéterminée et pourtant si passionnante car aujourd’hui encore si mystérieuse. Il y aurait plusieurs origines au cocktail. La première laisse supposer que ce serait un mot d’origine anglaise du langage populaire du XVIII siècle qui signifierait « à queue redressée ». On l’utilisait dans le vocabulaire hippique où certains chevaux issus d’un mélange de races donnaient fière allure avec une queue redressée due à la section de leurs muscles abaisseurs. Cette queue avait alors la forme d’une queue de coq (Cock-Tail). Certains disent qu’une coutume voulait qu’on serve une boisson avec une plume, sûrement de coq, pour indiquer qu’elle contenait de l’alcool. D’autres voient l’origine du mot au Mexique. Une princesse se prénommant Coctel avait un père qui fabriquait des mélanges mystérieux. Mais il y a encore mille et une origines supposées comme celle de ce bordelais qui exporta sa liqueur aux Etats-Unis et la faisait boire dans des coquetiers, prononcés « cocktail » à l’américaine. Ou bien celle de cette Américaine Miss Betty Flanagan qui en 1779 présenta un mélange dans une bouteille en forme de queue de coq (encore !).

Les cocktails, un jeu de séduction

Les plus aguerris voient dans l’origine du mot un jeu de séduction à l’état pur. À certaine occasion seules les femmes buvaient un cocktail… à la paille. Ce qui faisait vagabonder l’imagination de ces sieurs. Et quand on sait qu’un cocktail sans alcool est un Virgin Cocktail… Quoi qu’il en soit le mélange de différentes boissons existe depuis la nuit des temps. Les Gaulois avaient inventé l’hydromel. Dans les caraïbes, les pirates faisaient macérer des racines dans du rhum. Les premières vraies recettes de cocktails nous viennent de l’Angleterre du XIX ème siècle où la reine victoria faisait servir à ses invités des mélanges d’alcool. Mélanges repris dans les clubs de la bonne société. Mais c’est surtout lors de la prohibition que cette mode naît. Pour masquer le mauvais goût de l’alcool frelaté et tromper la police, on sert les boissons noyées dans des jus de fruits divers et variés. À l’abolition de la prohibition en 1933 c’est l’explosion de la mode du cocktail.

Cointreau teese Pour 1 personne I 4 cl de Cointreau I 2 cl de jus de pomme I 1,5 cl de sirop de violette Morin I 1,5 cl de jus de citron frais. Servez en ayant préalablement glacé le tour du verre et du gingembre. Ce cocktail a été créé par Dita Von Tesse pour Cointreau.

L’art du Flair Bartending

Depuis ce succès ne s’est jamais démenti. Le Cocktail est même devenu un art codifié. Jongler, tournoyer, jouer avec les bouteilles, les verres, les glaçons est un art appelé Flair ou Freestyle Bartending, mais aussi Extreme Bartending ou Flair Bartending. Une façon de sortir le barman d’un rôle étroit et ingrat et de redorer son blason. Pratiqué surtout dans les bars de luxe, il ne fait pas l’impasse sur les connaissances de mixage que doit avoir un barman. Car après tout Bartender signifie bien savoir tenir un bar ! Il existe de très nombreux cocktails, 2500 supposés, classifiés très méticuleusement. Principalement à base de whisky, de gin ou de rhum jusqu’aux années 70, dès les années 80 la vodka s’est imposée comme l’ingrédient de base. Chaque cocktail a son histoire touchante et captivante, souvent liée au pays qui l’a vu naître. Mais le cocktail à ceci de magique qu’il représente la joie mais aussi la convivialité. À consommer cependant avec modération pour que convivialité ne soit pas remplacée par hostilité !

Champagne, un peu, beaucoup, à la folie

Les cocktails évoquent sans conteste le goût de la fête. Et la fête sans champagne ne serait pas vraiment ce qu’elle est sans cet invité prestige. Si on le sert souvent lors des fêtes de fin d’année, c’est surtout à cause de son histoire. En 496 Clovis fut baptisé en Champagne et les vins de Champagne consacrés le jour même, un soir de Noël. Il acquiert définitivement son nom sous Henri IV. Sa réputation fit le tour du globe. Pas une cérémonie sans cet hôte. Même une petite reine, Pomaré, d’une terre lointaine appelée Tahiti en fit grande commande du fin fond de son Pacifique natal pour inaugurer un temple païen. C’est en tout cas ce que disait Pierre Loti, voyageur dans l’éternel. Symbole d’excellence le Champagne a depuis Clovis toujours été le confident discret mais toujours présent des grandes occasions. Souvent imité mais jamais égalé il entre désormais dans la composition de nombreux cocktails. Est-ce le Champagne qui sublime les autres ingrédients ou vice-versa ? Quoi qu’il en soit même si les petites bulles se suffisent à elles-mêmes, un cocktail au Champagne reste un moment rare et magique.

 

Des courts, des longs, des cocktails à volonté…

Les Shorts Drinks Boissons dites « courtes », servies dans des verres de 12 à 15 cl. Les shorts drinks se divisent en 6 sous-catégories : Les Daisies, Les Sours, Les Frozens, Les Toddies, Les Flips, Les Bucks. Les Long drinks Boissons « longues » servies dans des verres d’une contenance allant jusqu’à 35 cl, et parfois au-delà. Les spiritueux sont mélangés avec des jus de fruits, du sirop, du soda, du tonic, du ginger-ale, etc. Les longs drinks se divisent en 6 sous-catégories : Les Frozens, Les Fizzes, Les Planters (Planteurs), Les Punchs, Cups et Sangarees, Les Coolers ou Cobblers, Les Egg nogs.  Les After Dinners Cocktails digestifs proposés après les repas, dans le courant de l’après-midi ou tard dans la soirée. Ils sont généralement servis dans des verres hauts et à base de liqueur digestive. Les After Dinners se divisent en 3 sous-catégories : Les Juleps ou Smashes, Les Rainbow (Pousse-café), Les Jello Shots. Les Hot drinks Préparations chaudes servies généralement dans une chope (de 12 à 20 cl). Les Hot drinks se divisent en 3 sous-catégories : Les Hot Egg-Nogs, Les Hot Flips, Les Grogs.

L’ABUS D’ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTE, A CONSOMMER AVEC MODERATION.