20150408_MKB_9618

La marque Alfred Gratien est peu connue des Français car vendue exclusivement à l’exportation jusqu’à il y a une dizaine d’années. C’est pourtant une maison de Champagne dont l’histoire et la tradition remontent à plus de 150 ans.

UNE HISTOIRE PLUS QUE CENTENAIRE

Alfred Gratien, originaire de la vallée de la Loire, décide en 1864 – à peine âgé de 23 ans – de se lancer dans la bulle et de créer deux maisons autour de cet art : l’une à Saumur (situé à une quarantaine de kilomètres de Richelieu, sa ville natale) et l’autre à Épernay. Cette volonté de produire de la bulle deviendra la caractéristique principale de la maison car aujourd’hui encore, il n’y a que des bulles chez Alfred Gratien. Malheureusement en 1885, Alfred Gratien meurt. Sa veuve nomme Jean-Albert Meyer – un fils de viticulteur qui avait permis à Alfred de développer et faire prospérer ses affaires – directeur général des caves. À Saumur, l’entreprise a gardé le nom de Gratien & Meyer. Jusqu’en 2000, date a laquelle la société a été rachetée par des actionnaires allemands, elle a été dirigée par les descendants de Jean-Albert Meyer, devenu l’associé de Mme Gratien en 1896. L’entreprise garde tout de même un esprit typiquement français dans la gestion quotidienne. Les chefs de cave (ou maîtres de chai) se transmettent les clefs du savoir-faire de cette maison depuis 4 générations. La force de la maison Alfred Gratien est sa différence. Une obligation pour survivre car l’entreprise qui ne produit pas plus de 300 000 bouteilles ne représentent que 0,1% des parts du marché français.

Alfred Gratien Nicolas Jaeger Chef de Caves 2

Nicolas Jaeger, chef de cave de la maison depuis 2007. Copyright : DR.

CHEF DE CAVE, DE PÈRE EN FILS…

La Maison Alfred Gratien s’appuie sur l’expérience transmise de père en fils d’une famille de chefs de cave. La famille Jaeger est la gardienne du temple. Depuis 1905, elle élabore les vins Alfred Gratien avec la même passion, la même exigence, le même amour des grands Champagnes, même si chaque génération laisse son empreinte et sa signature sur les vins qu’elle élabore. Aujourd’hui, le chef de cave de la maison est Nicolas Jaeger. Après avoir rejoint la maison en 1990 et appris son métier auprès d’un père intransigeant, Il a repris les rênes du chai en 2007. Son premier vin est sorti des caves en 2009. L’arrivée de Nicolas à la tête du chai a marqué un tournant dans l’histoire de l’entreprise. Dans l’élaboration de ses vins, Nicolas a réduit le pinot meunier – qui apporte des arômes fruités au vin – et augmenté la proportion de pinot noir, qui donne du corps à l’assemblage.

20150408_MKB_9399

CHAQUE MAÎTRE DE CHAI MARQUE DE SON EMPREINTE LES VINS

Les vins de Nicolas Jaeger diffèrent de ceux de son père également dans les dosages, qui sont propres à chacun. Alors que Jean-Pierre Jaeger rééquilibrait ses vins avec un dosage (ou liqueur de dosage) à 12 ou 13 grammes, Nicolas a réduit ce dosage à 9 ou 10 grammes. La liqueur de dosage ou dosage est un mélange de vin et de sucre qui permet d’élaborer certains vins effervescents comme le Champagne et qui est ajouté au vin lors du dégorgement, à ne pas confondre avec la liqueur de tirage composée quant à elle de vins tranquilles, de sucres et de levures et dont l’usage active la prise de mousse. Le dosage détermine également si le Champagne sera brut, demi-sec ou sec. Ces différences traduisent une évolution volontaire de la maison. Lorsque Nicolas Jaeger et Olivier Dupré ont commencé à travailler ensemble, leur but était d’augmenter un peu les volumes et la proportion de pinot noir, de trouver d’autres viticulteurs que ceux qui entretiennent déjà des relations avec la famille Jaeger depuis plus de 100 ans.

alfred-gratien

UNE MAISON DIFFÉRENTE POUR DES VINS DE GRANDE QUALITÉ

La maison Alfred Gratien est différente des autres de plusieurs manières. « Le Champagne est avant tout un vin et pour faire un bon vin, il faut de bons raisins » explique Olivier Dupré, président d’Alfred Gratien. La Champagne produit 25% de grands crus et de premiers crus. Alfred Gratien se démarque en élaborant des vins avec 62% de grands crus et premiers crus. Autre particularité de la maison : tous les vins – élaborés uniquement à partir des cuvées -sont sans exception vinifiés sous bois, dans de petits fûts – rachetés à La Chablisienne – ayant abrités quatre récoltes de Chablis. Ces fûts sont ensuite conservés une vingtaine d’années. Ils apportent de la micro-oxygénation pendant la fermentation mais aussi du gras (rondeur et onctuosité) et de la complexité aux vins.

20150408_MKB_9623

NOUVELLE IDENTITÉ VISUELLE MAIS RETOUR AUX SOURCES

Les vins de la maison gardent une étonnante fraîcheur même s’ils ont quelques années. Chez Alfred Gratien – par choix – la vinification se fait sans bactérie malolactique. Une belle acidité des vins, un PH très bas et une température de cave à 9°C sont les conditions idéales pour ne jamais démarrer une fermentation et simplifier un procédé compliqué. Si Alfred Gratien ne change pas trop sa formule « magique » pour l’élaboration des ses vins, il n’en n’est pas de même pour l’habillage des bouteilles. Depuis le printemps, c’est le premier dessin de la cuvée Paradis – une couronne dessinée par le fondateur de la maison – qui se retrouve désormais sur toutes les bouteilles. La maison veut en faire un véritable signe de reconnaissance immédiate par le public.

Copyright des photos : Michaël Boudot et DR