parfums-bdk-david-benedek-copryright_maeva_destombes_MG_0081

Les amateurs de la parfumerie de niche vont être ravis. Alors qu’on la croyait au point mort, une nouvelle marque alternative apparaît dans son sillage pour nous prouver que non seulement elle est toujours d’actualité mais surtout toujours aussi créative.

LE PARFUM COMME PASSION FAMILIALE

BDK. Trois lettres qui sonnent comme des percussions, présage d’une puissante musique olfactive. Un monogramme derrière lequel se cache un jeune entrepreneur de 26 ans. David Bénédek, créateur de la marque, est tombé dans le parfum dès son plus jeune âge. Chez les Bénédek, le parfum est une véritable passion de famille. Ses grands-parents paternels, originaires de Transylvanie, exilés en France, se sont très rapidement tournés vers la distribution de parfums Worth, Dior, Patou ou Caron auprès des hongrois vivant à Paris puis des américains basés sur la capitale française. De fil en aiguille, dans les années 1960, le couple ouvre sa propre boutique à l’angle de la rue Royale et de la rue Saint Honoré qui sera ensuite reprise par le père de David. Pourtant, le jeune David choisit des études d’économie et de gestion mais rattrapé par la tradition familiale, il se tourne finalement vers un cursus Parfums et Cosmétique à l’institut Français de la mode. Durant une année, il affine ses connaissances sur les matières premières, sur la construction des fragrances, sur les familles olfactives et les facettes et éduque son nez au côté de prestigieux parfumeurs. Cette première « approche » experte confirme son goût pour le parfum. Il complète sa formation auprès d’Isabelle Ferrand chez Cinquième Sens pour enfin se lancer dans l’aventure de sa propre société. parfums-bdk-david-benedek-copryright_maeva_destombes_MG_0087

UNE MATIÈRE PRINCIPALE AU CŒUR DE CHAQUE FRAGRANCE

Après une intense réflexion sur le choix du nom de cette nouvelle maison de parfum, David lance enfin ses fragrances. Lancer sa marque de parfum est une affaire sérieuse, pourtant l’humour et la légèreté ne sont exclus dans la construction de chaque parfum de la gamme, loin de là. Notamment le parfum Pas Ce Soir, qui, bien qu’une histoire soit construite autour de lui, fait sourire et laisse l’imagination gambader. L’idée de départ de David était de travailler avec une matière principale au centre de chaque parfum. Les parfums BDK s’articulent autour de 2 collections : la collection parisienne et la collection orientale parisienne. Dans la première collection, Bouquet de Hongrie, crée en hommage à la grand-mère paternelle, est un bouquet de fleurs où la rose de Turquie domine. Des notes de poire, de cassis et de fraise viennent créer la surprise mais la rose persiste et signe. Pas ce soir, inspirée d’une parisienne émancipée, est un chypré où les fleurs blanches s’associent à des épices et un accord chutney de coing. Dans la collection orientale parisienne Wood Jasmin est un vrai oriental. Vanille, Encens, Myrrhe et Patchouli rencontrent les absolus de Jasmin et de Rose originaires d’Egypte et de Turquie. Tubéreuse Impériale est une sublime interprétation de cette fleur blanche que viennent entourer d’une aura charnelle des notes crémeuses et baumées d’Iris et de Benjoin. Oud Abramad propose une déclinaison envoûtante du bois de Oud mixé à des facettes épicées et ambrées. À noter également le packaging et le flaconnage très recherchés. Avec cinq parfums empreints de caractères et de personnalité, où rien n’est laissé au hasard, nul doute que la maison BDK ait une longue vie devant elle…

Copyright : Maeva Destombes

parfums-bdk-david-benedek-copryright_maeva_destombes_MG_0099

parfums-bdk-david-benedek-copryright_maeva_destombes_MG_0088

parfums-bdk-david-benedek-copryright_maeva_destombes_MG_0083