Web Analytics

Le Grand Musée du Parfum de Paris vient d’ouvrir ses portes le 22 décembre 2016. Entre émotion, sensorialité et plaisir, il propose un parcours pédagogique, ludique et olfactif.

UN HÔTEL PARTICULIER EMPREINT D’HISTOIRE

Au 73 rue du Faubourg-Saint-Honoré dans le 8e arrondissement de Paris, cet hôtel particulier de 1400 mètres carrés est un véritable écrin de cet art de vivre à la française que constitue le parfum. Au 19e siècle, ce fut la demeure d’Antoine-Marie Roederer et plus récemment la maison de couture de Christian Lacroix.
Le musée a été imaginé par Guillaume de Maussion et pensé – sous l’œil averti de 16 experts réunis au sein d’un conseil scientifique et culturel – pour que le visiteur suivre un parcours vivant et évolutif, jalonné de découvertes artistiques et culturelles. L’immersion dans l’univers du parfum est totale et permet d’en appréhender ses différentes facettes et d’en dévoiler ses mystères. La scénographie innovante et le parcours interactif invitent à une expérience sensorielle et olfactive.
Ce musée s’adresse à tous, néophytes ou initiés. Il décrypte les émotions, la mémoire mais aussi le bien-être apporté par le parfum. Tout au long de la visite, la parole est donnée à la science et aux experts en la matière.

delices-mag-grand-musee-du-parfum-paris_MG_3945
Illustrée par Bruno Bressolin, peintre et graphiste, la galerie des séducteurs retrace l’histoire des parfums à travers celles de figures légendaires.

UNE SCÉNOGRAPHIE BIEN AGENCÉE

Le musée se divise en trois grandes parties facilement identifiables, chacune occupant un étage de l’hôtel particulier. Au sous-sol, le visiteur est immergé dans l’histoire et le passé du parfum. De l’Antiquité à la parfumerie moderne, tout est mis en place pour découvrir les racines du parfum. Une première salle, la galerie des séducteurs, est consacrée à sept histoires de parfum, sept histoires d’amour réelles ou imaginaires, sept duos ayant existé ou pas, entre des personnalités historiques qui se sont « réalisés » à travers le parfum, qui ont participé à son développement ou à son essor. Nous découvrons ainsi l’histoire de la reine de Saba et du roi Salomon, de Louis XIV et la marquise de Montespan, de Casanova et Marie-Antoinette, de Napoléon 1er et l’impératrice Eugénie, Catherine de Médicis et René le Florentin, Cléopâtre et Marc Antoine…

delices-mag-grand-musee-du-parfum-paris_MG_3934

PARTIR AUX ORIGINES DU PARFUM

Une salle voûtée regroupe de nombreuses objets de la parfumerie : pots à onguents, pots à huile, flacons à huile, amphores, lécythes, pyxides, œnochoés mais aussi parfums et ingrédients utilisés dans les rituels sacrés ou dans la vie quotidienne. Une vitrine met en relief le kyphi égyptien, tout premier parfum (solide) de l’humanité créé sous l’Égypte antique dont la première évocation apparaît dans un papyrus médical datant de 1550 av. J.C.. Une 3e vitrine exposé les matières premières comme le balsamaire, l’alabastre, la myrrhe, l’oliban… Une deuxième salle s’articule comme un cabinet de curiosité où le parfum est décrit selon sa fonction d’apparat ou de remède et l’on peut sentir notamment des matières animales indispensables à la parfumerie comme le castoréum ou la civette, des fragrances mythiques comme l’eau de Cologne.

delices-mag-grand-musee-du-parfum-paris_MG_3956

DE L’EXCEPTION À LA DÉMOCRATISATION D’UN PRODUIT

Une quatrième salle tout en longueur à la manière d’un passage parisien aborde la démocratisation de la parfumerie, la naissance des enseignes de luxe et de haute couture, l’industrialisation qui permet à tous d’accéder au parfum. On y retrouve les grands noms de la parfumerie du début du 20e siècle comme Paul Poiret, Maurice Babani, Charles Fréderick Worth, Coco Chanel, Jean Patou, Jeanne Lanvin, Lucien Lelong, Edward Molyneux, Elsa Schiaparelli, Christian Dior. Une vitrine regroupe les flacons anciens les plus emblématiques aux plus récents de ces différentes marques.

delices-mag-grand-musee-du-parfum-paris_MG_3978

COMPRENDRE LE PROCESSUS OLFACTIF

Le premier étage du musée permet de comprendre ce qu’est une odeur, d’appréhender le fonctionnement du sens olfactif. Chimie des odeurs, molécules, souvenirs, émotions sont abordés avec légèreté malgré la complexité du sujet. On y découvre que chaque individu est différent devant la perception des odeurs selon son sexe mais aussi selon sa culture. Aussi étrange que cela puisse paraître un Européen ne perçoit pas les odeurs de la même façon qu’une personne née en Asie ou en Afrique. Le musc par exemple ne peut être senti que par 22% de la population.

delices-mag-grand-musee-du-parfum-paris_MG_3981

EXPLORER LA PALETTE DU PARFUMEUR

Le deuxième étage tente de nous faire découvrir et comprendre le long processus qui va de la matière à la fragrance, la démarche de création des parfumeurs. Tout l’art du parfumeur est décrypté grâce à de nombreuses installations dont une collection des matières premières (entre autres l’absolu de Bougeons de Cassis, l’Essence de Vétiver, l’Iris Pallisa, l’Aldéhyde C11, la vanilline, la calone) équivalente à la une bibliothèque d’odeur ou l’orgue à matières qu’un nez utilise et ne cesse d’enrichir tout au long de sa vie. Un orgue à parfum se transformant en orgue musical (installation un peu gratuite) occupe une petite pièce. Une autre salle est consacrée à toutes les questions que l’on peut se poser sur le parfum. Le parfum a-t-il un sexe ? Les parfums changent-t-il selon les peaux ? Des vidéos donnent la parole à des experts sur ces questions épineuses. Chacun ayant sa propre vision des choses.

delices-mag-grand-musee-du-parfum-paris_MG_3987

UN ESPACE CONCEPT STORE

Pour finir la visite, le rez-de-chaussée propose de nombreux parfums à la vente et des livres dans l’espace librairie. Même si ce musée n’est officiellement rattaché à aucune marque et financé par des fonds privés avec le soutien du Syndicat français de la parfumerie, le concept store offre une large sélection de fragrances (iconiques, exclusifs, historiques, en édition limitées pour le musée) de la parfumerie sélective. Les grandes marques que l’on retrouve en filigrane tout au long de la visite (à travers les flacons, les interviews d’experts, les fragrances à sentir). Les plus initiés auraient aimé retrouver un peu plus de choix en parfums de niche dans la boutique. Quelques aménagements (et surtout des installations qui fonctionnent !) seront nécessaires pour égaler le Musée International de la Parfumerie de Grasse, le must en la matière.

Le Grand Musée du Parfum, 73 Rue du Faubourg Saint-Honoré, 75008 Paris, France. Téléphone : 01 42 65 25 44. Ouvert tous les jours du mardi au dimanche de 10h30 à 19H Nocturne jusqu’à 22h le vendredi. Fermeture hebdomadaire le lundi sauf pendant les vacances scolaires de la Zone C. Métro Saint-Philippe-du-Roule ou Miromesnil.

Copyright des photos : Maeva Destombes

delices-mag-grand-musee-du-parfum-paris_MG_3933

delices-mag-grand-musee-du-parfum-paris_MG_3940

delices-mag-grand-musee-du-parfum-paris_MG_3942

delices-mag-grand-musee-du-parfum-paris_MG_4022

delices-mag-grand-musee-du-parfum-paris_MG_4015

delices-mag-grand-musee-du-parfum-paris_MG_3974-3

delices-mag-grand-musee-du-parfum-paris_MG_3980

delices-mag-grand-musee-du-parfum-paris_MG_4001

delices-mag-grand-musee-du-parfum-paris_MG_4026