Née au siècle dernier dans le petit village d’Aoste en Isère, la marque est unique lorsqu’on la replace dans son environnement concurrentiel. Véhiculant l’idée de produits sensuels et séducteurs, elle se concentre sur le savoir faire et la qualité.

UNE MARQUE PREMIUM MAIS ACCESSIBLE

Polysensorielle, La marque née en 1976 dans le village d’Aoste fait voyager les sens et attache beaucoup d’importance aux couleurs des produits, à leur texture et à leur odeur lorsque le client ouvrira son paquet. La communication est axée autour de l’irrésistibilité. À la vue des produits, impossible d’y résister nous murmure à l’oreille le marketing bien rodé. L’univers de la marque est ancré dans le plaisir et le raffinement. Son positionnement est premium mais les produits de la gamme restent accessibles d’un point de vue tarifaire.
Marque industrielle mais dotée d’un savoir faire humain, Aoste possède un cahier des charges très précis et très strict. Même l’épaisseur du gras est soumise à un contrôle très exigeant. Malgré les 1,2 millions de pièces en cours de séchage dans le site de production, l’affinage des jambons est subtil et fait sur mesure en fonction de la taille des cuisses. Un contrôle qualité est effectué à chaque étape du processus.

L’INNOVATION COMME PASSION

La marque ne cesse d’innover régulièrement. On lui doit entre autres les pétales de jambon ou les rubans de chorizo. Cette année, la marque propose deux innovations majeures qui vont changer notre façon de consommer. Marque leader dans le rayon du tranché sec avec ses 12,5% des parts de marché, Aoste se devait de répondre à des demandes de consommateur soucieux du bien manger et de leur santé, ce dernier point découlant en partie d’une alimentation saine et équilibrée.
De nombreux consommateurs sont freinés dans l’achat de charcuterie à cause de deux critères importants : la présence du gras et la quantité de sel dans les produits. D’après une étude, 64% des femmes retireraient le gras du jambon. Aoste a donc élaboré un jambon contenant 30% de gras en moins. L’excès de sel est quand à lui un véritable problème de fond. Les maladies liées à l’excès de sel sont pléthores : hypertension artérielle, insuffisance cardiaque er rénale, ostéoporose, calculs urinaires, cancer de l’estomac… Certaines personnes voient donc un frein à manger des produits en contenant beaucoup comme les charcuteries. Et pourtant nul doute que ces personnes aient envie de manger du jambon, du saucisson ou d’autres produits dont la salaison est au cœur du processus de fabrication. Sel de mer et sel de potassium ont donc été fortement réduits tout en veillant à préserver la qualité. Et le goût est au rendez-vous !

Copyright des photos : Jean-Claude Amiel / Aoste