Syrah, Mourvèdre, Pinot noir sont les cépages qui entrent dans la composition des vins rouges de la région. L’AOC Bellet est quant elle à la seule qui utilise en cépages principaux pour ses vins rouges le braquet N et la folle noire N.

Rendue célèbre par sa promenade des anglais, longue et chic avenue bordant la Baie des Anges, Nice, la Capitale de la Côte d’Azur, et plus largement les Alpes-Maritimes regorgent de spécialités alcoolisées parfois méconnues comme les vins de Bellet, les liqueurs et les vins de l’île Saint Honorat, ou encore le Pastis du père Fiorini…

LES VINS DE BELLET, APPELLATION D’ORIGINE CONTROLÉE

Entre mer et montagne, implanté sur trois collines à l’Ouest de la ville de Nice, le vignoble de Bellet ne manque pas de singularité. C’est le seul vignoble Français à être entièrement urbain. Son terroir, riche en calcaire, est très singulier. Le sol est constitué de poudingue autrement dit une roche résultant de la sédimentation d’anciens galets et de roches détritiques, qui comme sont nom l’indique, est composée de détritus ou débris issus de l’érosion d’autres roches. Ce territoire de galet compact, le climat plus continental que méditerranéen, les cépages autochtones très rares comme le braquet N et la folle noire N pour les rouges et le vermentino B pour les blancs, donnent aux raisins et aux vins une typicité et goût très particulier, rond et puissant, que l’on ne retrouve nulle part ailleurs. Il y a plus de 2500 ans, ce vignoble fournissait déjà des raisins et du vin aux Romains puisque sa plantation remonterait à la fondation de la ville de Marseille. L’appellation en 1941 des vins de Bellet coulait donc de source. Aujourd’hui, 200000 bouteilles sont produites par dix producteurs, tous convertis au bio depuis les années 2000. 42 % sont des vins rouges, 23 % des vins rosés et 35 % des vins blancs. Seulement 10% de l’appellation est exploitée, soit 60 hectares sur les 650 hectares que compte le territoire. Les vins de Bellet ont donc de belles perspectives devant eux. Les vins rouges sont des vins de garde que vous pourrez conserver plusieurs années. Pour les goûter avant de les acheter ? Rien de plus simple ! Avant tout achat de vins, rendez-vous dans les domaines qui ouvrent leurs portes ou plus simple dans une cave en ville.

Même si l’appellation Bellet est très axée sur le vin rouge, elle produit comme même 23 % de vins rosés.

LES AUTRES VINS DE NICE ET SA RÉGION

À une centaine de kilomètres de Nice, niché en hauteur dans la vallée du Var, à Villars-sur-Var, un autre vin AOC possède lui l’appellation Côte de Provence. Le Clos Saint-Joseph, principalement planté de vieilles vignes – certaines ont plus de 95 ans – produit des vins aux caractères bien trempés. Le soleil et la spécificité des cépages, pour certains autochtones comme le barbaroux, révèlent une palette aromatique qui fait chanter la garrigue et les herbes aromatiques de la région dans les vins des trois couleurs.
Au large de Cannes, les îles de Lérins ont elles aussi leurs vignes. Ici, plus précisément sur l’île Saint-Honorat, ce sont les moines cisterciens qui la cultivent depuis le début du 5e siècle. Dans ce terroir de roches sédimentaires – composées de calcaires et de dolomites – encerclé par la mer, six cépages s’épanouissent sur 8 hectares, dont 5 ha en rouge (Syrah, Mourvèdre, Pinot noir) et 3 ha en blanc (Chardonnay, Clairette, Viognier). Sept vins rouges ou blancs sortent des cuves. Arômes d’agrumes, de fleurs et de pêches blanches caractérisent les vins blancs Saint Cyprien, Sainte Ombeline ou Saint Césaire. Les vins rouges sont quant à eux puissants aux arômes de petits fruits noirs ou rouges : mûre, myrtille, cassis, cerise griotte voire même de pruneaux pour le Saint Lambert 2016.

Le grenache entre dans la composition des vins de Bellet.

LES AUTRES BOISSONS ALCOOLISÉES AUTOUR DE NICE

Tous les food addict connaissent les citrons de Menton préparés par le très regretté chef pâtissier du Bristol, Laurent Jeannin. S’il utilisait le Limoncello pour son célèbre dessert givré, il aurait pu le faire avec le Lérincello de l’île Saint-Honorat. Car outre l’élaboration de vins, fabriquer des liqueurs sur l’île Saint-Honorat semblait une évidence. Les moines de l’île produisent donc également six liqueurs et une eau de vie avec les plantes ou les fruits de la région : Lérincello (à base de citrons de Menton non traités), Mandarine, Lérina Jaune (une macération de 44 plantes), Verveine, Sénancole (une recette provenant de l’Abbaye de Sénanque composée de 19 plantes), Lérina verte, Eau de vie de Marc (distillation de marcs de raisins).
Menton est célèbre pour ses citrons et sa fête des citrons. Si le climat de cette région convient à ce fruit, il convient également à d’autres agrumes dont l’orange douce, l’orange amère, le cédrat et la mandarine. Cette dernière est l’ingrédient principal de la Liqueur de Mandarine de Menton à ne pas confondre avec la Mandarine Napoléon ou Mandarine royale, élaborée non pas avec de l’alcool pur mais de l’eau de vie. Le cognac entrait dans la composition de la recette initiale inventée par Antoine-François Fourcroy.
S’il y a désormais 9 brasseurs de bière à Nice, le département en totalise 26 pour le plus grand plaisir des amateurs de la boisson élaborée au malt d’orge et au houblon.

ET LE PASTIS DE NICE DANS TOUT ÇA ?

Marseille a son pastis, vendu sous de multiples marques. Plus confidentiel, Nice a aussi son pastis ou plutôt ses pastis. Il y a une dizaine d’année, le Père Gil Florini, le curé doyen de Nice, décide de lancer un Pastis de Nice. Il le fabriquait déjà à Utelle depuis 1981. Mais la loi européenne étant stricte en matière d’appellation géographique, il décide de rapatrier ses cuves de macération en plein centre ville de Nice pour pouvoir lui donner le nom de Pastis de Nice et non plus Pastis du Conté. Depuis, ce pastis se décline en trois variétés. Le Pastis de Nice, au goût fin et équilibré, est composé de 26 plantes dont la badiane, réglisse et thym. Le Pastis du Père Gil, plus puissant et profond, joue sur un mélange de 24 plantes et 12 épices. Le Pastis du Comte Rouge, outre ses 26 plantes, intègre une macération de fruits rouges, d’où sa couleur rouge grenat. Le Père Fiorini propose également Bella Nissa, un vin auquel s’ajoutent de l’orange, du pamplemousse, du citron, de la mandarine et une pointe de rhum.

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération.