MQB. Affiche de l'exposition : "TIKI POP - L'Amérique rêve son paradis polynésien". Du 24 juin ay 28 septembre 2014.

Il ne reste plus que quelques jours pour visiter l’exposition Tiki Pop au musée du Quai Branly. Jusqu’au 28 septembre 2014, vous pouvez partir à la découverte de la vision américaine – teintée de culture pop – sur la culture polynésienne. Plus qu’une mode éphémère, c’est un véritable art de vivre – qui a envahit la Californie et la Floride dans les années 50 et 60 – que nous montre cette exposition.

L’IMAGERIE FANTASMÉE DES MERS DU SUD

Comme un écho, cette exposition n’est pas sans nous rappeler « Kannibals et Vahinés, Imagerie des mers du Sud » d’abord présentée au centre culturel Tjibaou puis en 2001 au musée national des Arts d’Afrique et d’Océanie et « Kannibales et vahinés, les sources de l’imaginaire » montée quant à elle au musée des Beaux-Arts de Chartres. Pour rappel, ces expositions mettaient en scène la façon dont les peuples d’Océanie étaient perçus par l’Occident autour de deux figures emblématiques Océaniennes, le cannibale et la vahiné. Le but de ces expositions était de tordre le cou aux clichés. Celui du mythe cannibale de certaines peuplades d’Océanie et celui de la vahiné lascive et superficielle. Des clichés omniprésents dans la littérature populaire, la bande dessinée, l’illustration, le cinéma mais aussi dans les expositions universelles et coloniales, la mode (et la fameuse chemise hawaiienne ou « aloha »), la musique avec le très sirupeux Hawaïan Song

© Jennifer Patrick/musée du Quai Branly
© Jennifer Patrick/musée du Quai Branly

DE LA SYMBOLIQUE DU TIKI…

Tiki Pop – ou comment l’Amérique rêve son paradis polynésien – se présente comme le témoignage d’un mouvement (sans jugement de valeur) et nous montre comment après-guerre aux Etats-Unis (notamment en Californie et en Floride) dans les années 1950 et 1960 est né un véritable mode de vie. Car le style Tiki Pop est un mode de vie voire une esthétique vécue comme une mini révolution culturelle et architecturale. L’exposition Tiki Pop est axée sur l’aspect très ambitieux de l’architecture des lieux de distraction. Cinémas, théâtres, bowlings, hôtels, parcs de loisirs furent construits dans des proportions incroyables. Des lieux totalement kitchs ? Non, car ils ont souvent été réalisés par de bons architectes comme John Lautner. Aujourd’hui, certains de ces bâtiments sont considérés comme de véritables chefs-d’œuvres.

© Gautier Deblonde/musée du Quai Branly

© Gautier Deblonde/musée du Quai Branly

À L’ÉDIFICATION D’UN DIEU LOISIRS

On ne pourrait parler de Tiki Pop sans aborder bien évidemment les archétypes véhiculés par cette culture notamment à travers les différents domaines artistiques que sont la musique, le cinéma, la littérature. Près de 450 œuvres – dont de nombreuses authentiques mais aussi des objets étonnants usuels ou futiles – sont présentés pour comprendre les origines de cet art de vivre. Elvis Presley est bien sûr présent à travers trois films réalisés à Hawaï (Blue Hawaii, Girls Girls Girls et Paradis, Hawaiian Style) mais moins stéréotypé, le parcours de l’exposition se propose d’aller aux sources du Tiki Pop, de la découverte des îles du Pacifique par les explorateurs à l’influence du style Tiki Pop dès les années 30 jusqu’à son déclin à la fin des années 60 et son oubli dans les années 80. Une exposition qui mériterait amplement de séjourner encore quelques temps au musée du Quai Branly

INFORMATIONS PRATIQUES SUR L’EXPOSITION TIKI POP

Exposition « Tiki Pop, l’Amérique rêve son paradis polynésien » jusqu’au 28 septembre 2014. Musée du quai Branly, mezzanine Est, 37 Quai Branly, 75007 Paris. Tél. : 01 56 61 70 00. Horaires : mardi, mercredi et dimanche de 11h à 19h, ouverture de la billetterie à 9h30 (dimanche à 10h30), fermeture à 18h ; jeudi, vendredi et samedi de 11h à 21h, ouverture de la billetterie à 9h30, fermeture à 20h. Fermeture hebdomadaire le lundi. Tarifs : Plateau des collections (incluant les expositions des mezzanines) : tarif plein 9€, tarif réduit 7€. www.quaibranly.fr.

Copyright des photos et de la vidéo : Gautier Deblonde/musée du Quai Branly

 

BANDE-ANNONCE DE L’EXPOSITION TIKI POP