Web Analytics

composer-utilisant-regle-des-tiers-decentrer-nil-egypte-copyright-maeva-destombes

Pour faire une bonne photo, il faut s’imprégner des lieux, faire des repérages, capter des émotions puis appliquer des règles de composition comme la règle des tiers et parfois s’en affranchir.

APPLIQUEZ LA RÈGLE DES TIERS

C’est la règle la plus basique en photographie. En géométrie, la règle des tiers est une version simplifiée de la règle du nombre d’or (1,61803398875). D’abord utilisée en peinture où l’on recherchait dans la composition de l’oeuvre la perfection et l’harmonie des formes et des couleurs, elle fut ensuite pratiquée en photo, qui n’est finalement que la digne fille héritière de la peinture. Pour appliquer cette règle, il suffit d’imaginer un quadrillage qui divise votre photographie en 3 tiers verticaux et 3 tiers horizontaux. Ensuite on utilise les lignes et les tiers de ce quadrillage ou les points d’intersection. Pour une photo de paysage, les 2/3 horizontaux sont occupés par ce qui est important à mettre en valeur. On peut par exemple avoir 2/3 occupés par une plage, de la verdure, une route et 1/3 de ciel. Ou, au contraire, si vous considérez que le ciel est plus important, vous pouvez lui accorder 2/3 de l’image. Si vous êtes novices en photo et pour vérifier que votre cliché est bien composé, vous pouvez l’ouvrir dans de nombreux logiciels qui contiennent généralement dans un de leurs menus, une option Règle des tiers. Certain comme Lightroom propose même des  » grilles  » plus complexes comme celle des diagonales, des triangles, du rectangle d’or et de la spirale d’or. Dommage, en revanche, que de nombreux appareils (en particulier chez Canon) ne proposent pas cette grille des tiers (avec un système escamotable) à la prise de vue (hormis en mode Live View). Cela permettrait vraiment de faire évoluer plus rapidement certains jeunes photographes et de rectifier une prise de vue mal composée. Une fois les règles de composition bien ancrées dans l’esprit, tout bon photographe qui se respecte est en droit de s’en affranchir tout en gardant un certain équilibre des différents éléments qui composent le cliché.

composer-utilisant-regle-des-tiers-decentrer-copyright-maeva-destombes-recadrage_3-4039

CHANGEZ DE POINT DE VUE

Le réflexe lorsqu’on cadre une photographie, est de centrer le sujet. Avec la règle des tiers, vous avez les bases pour comprendre qu’une bonne photographie n’est pas forcément centrée. Mais allez-vous cadrer en hauteur ou en largeur ? Là encore des carcans sont imposés mais peuvent être contournés. Que ce soit en photographie ou en peinture, on oriente toujours son oeuvre vers un format dit adapté. Par exemple, si vous photographiez un paysage, vous serez tenté de le cadrer en largeur. Pour un portrait, vous opterez pour la hauteur. Au début, c’est bien de respecter ces règles. Mais passé les quelques mois ou années d’apprentissage, vos photographies gagneront en originalité à ne pas suivre ces règles. Par exemple, si vous prenez des photographies de chutes d’eaux, des cascades et eaux vives, votre image sera plus intéressante non seulement si vous changez d’angle de prise de vue à partir du même point de vue mais aussi si vous vous déplacez autour de cette chute d’eau. Levez votre appareil vers le haut et photographier en contre-plongée ou au contraire, prenez de la hauteur pour photographier la vie vue du ciel (en plongée).

composer-utilisant-regle-des-tiers-decentrer-copyright-maeva-destombes._MG_3286

MULTIPLIEZ LES CADRAGES

Utilisez le grand-angle pour restituer la chute d’eau dans son élément environnemental puis rapprochez-vous à l’aide d’un téléobjectif. Il faut multiplier les plans de prise de vue, alterner les cadrages larges et serrés. Cette démarche, qui devrait être systématique, permet de se recentrer sur le vrai sujet de votre photo. Autre exemple, si ce sont les photos de ville de nuit qui vous intéressent, installez-vous dès que les premiers rayons de soleil faiblissent. Profitez du coucher de soleil, du crépuscule puis de l’heure bleue et surtout des différentes couleurs que prend le ciel durant ces phénomènes naturels. À la nuit tombée, les éclairages donnent une autre dimension à la ville. Changez de focale afin de donner de nombreux angles de champ à votre scène.

UTILISEZ LES LIGNES DIRECTRICES

Sur un cliché, il existe de nombreuses lignes qui structurent l’ensemble. Celles dont nous avons déjà parlé mais qui sont invisibles, les lignes suggérées par la règle des tiers : les horizontales et les verticales. Alors que les verticales donnent de la force et de la hauteur à un sujet, les horizontales invitent plus à la sérénité des grands espaces. Les autres lignes peuvent également être obliques et diriger le regard vers un élément de la scène. Ces lignes directrices évoquent le mouvement, le dynamisme. Les lignes courbes invitent aussi le regard vers un point particulier mais sont plus douces.

composer-utilisant-regle-des-tiers-decentrer-copyright-maeva-destombes_MG_3736

ÉVITEZ DE TOUT CENTRER

De prime abord, lorsqu’un photographe cadre sur un sujet (surtout humain), son premier automatisme est de le centrer pour le mettre en évidence. Dans une démarche photographique où l’action se situerait vraiment au centre (à savoir qu’il n’y aurait rien d’autre d’intéressant autour ou que vous chercheriez une symétrie parfaite), pourquoi pas ! Il existe de très belles photos cadrées comme cela. Mais bien souvent un portrait gagne à être intégré à son environnement. Ce décor, au même titre que le personnage, raconte une histoire, l’histoire même de ce sujet principal. Attention cependant ! Veillez à ce que des éléments de ce second plan ne gâchent pas la photo : poubelles, couleurs trop présentes, objets indésirables… Dans le cas où vous souhaiteriez quand même inclure l’ambiance générale (pas terrible) dans votre photographie, optez pour une faible profondeur de champ (ouverture f/1,8 à f/5,6) qui atténuera les éléments perturbateurs. D’une façon générale, retenez qu’un plan serré sur un personnage révèle sa personnalité alors qu’un plan plus large en dit moins sur le personnage mais plus sur son cadre de vie… Votre cadrage dépend donc de ce que vous souhaitez raconter à travers votre photographie.