Arrivée brumeuse et plus que fraîche sur le sol argentin. La température frise à peine les 7 degrés. En sortant de l’aéroport, nous accédons à une autoroute qui nous mène vers le centre ville. Sur la route apparait une des facettes de Buenos Aires.

Des immeubles vieillis par le temps, des quartiers défraîchis où semblent se côtoyer la misère financière et sociale… Et pourtant, à y regarder de plus près, les argentins ont de l’allure. Une classe et une élégance naturelle. Les anciens ont tombé la veste afin d’opter pour le blouson de cuir qui leur sied à merveilles. Nous sommes sans aucun doute dans le pays où la viande bovine est reine. Les femmes ont ce port presque altier qui donnerait l’impression que toutes pratiquent avec assiduité la danse et plus particulièrement le tango…